Festival édition 2007


LES FILMS DU FESTIVAL   festival2007
LES INVITES
2007 – La Flanerie

 

 

 

 

 

 

 

Depuis son invention au XIXe siècle, la flânerie est irrémédiablement liée à la ville.La ville induit la flânerie, la flânerie pourrait-elle influencer le regard sur la ville ? Plus encore, peut on flâner en banlieue ? Une réponse en images et en rencontres !

La flânerie une invention moderne

Inventée au XIXe siècle avec la modernité et le développement des grandes métropoles, la flânerie a transformé la vision de la ville chez certains artistes précurseurs et a ainsi contribué à renouveler la littérature (Poe et Baudelaire), la peinture (Munch) ou encore la photographie (Atget).

La flânerie au cinéma, un regard capital

Liée à l’invention du flâneur au XIXe siècle, Paris devient, dans les années 1950, le décor extraordinaire des cinéastes flâneurs de la Nouvelle Vague (Varda, Rohmer) qui privilégient les tournages en extérieur, caméra à l’épaule. Les villes offrent en effet de multiples possibilités de parcours (Fellini, Sternberg, Watkins), d’attentes, de recherches ou de retrouvailles entre des acteurs littéralement « baladés » par les réalisateurs (Wong Kar-Wai, Siegfried, Sedeilman).

La flânerie, un stimulus créateur

Cent ans après son invention, la flânerie est plus que jamais une démarche artistique qui permet à l’artiste de découvrir l’espace urbain sous d’autres angles – graphique (Vier5, Sucheyre), pictural (Senaud), musical (Plessis) – grâce aux jeux du hasard, de la durée et déplacement corporel. L’artiste accepte de se perdre volontairement dans un jeu de rêveries et de réel mélangés.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *